L'évènement

ROOMn, la rencontre d’affaires incontournable qui rassemble pendant 3 jours 700 participants engagés dans la mobilité et la transformation digitale des entreprises. 

En quoi le digital contribue-t-il à l'expérience employé ?

Publié le par Paloma SIGGINI

Entretien avec Charles Gresset, Directeur Général Digital Mobility Services chez Econocom

Charles Gresset

Selon une étude annuelle Malakoff Médéric publiée en avril 2017, l’engagement des salariés ne cesse de chuter avec 19% estimant « faire de la présence pour faire de la présence » au travail, contre 9% en 2009. En cause : une attente de reconnaissance très forte, couplée à un sentiment de manque d'autonomie.
Dans ce contexte, la transformation digitale constitue une véritable opportunité … à condition qu’elle combine révolutions technologique et culturelle dans l’entreprise ! Le télétravail est un exemple emblématique de ce bouleversement. Véritable marque de confiance de la part de l’entreprise, il répond aux aspirations des salariés français à plus de souplesse et de liberté. A ce titre, sa pratique mérite d’être développée, d’autant que le cadre législatif a récemment évolué en sa faveur (ordonnances du 22 septembre 2017).

Mais pas de télétravail sans digital workspace ! Concrètement, les processus jusqu’ici manuels doivent être transformés en applications, accessibles depuis n’importe quel terminal et n’importe quel réseau. A la clé pour les collaborateurs, plus de simplicité et moins de tâches administratives. Les entreprises doivent également proposer des outils de collaboration acceptés par tous. Pour partager des fichiers et travailler collectivement sur des documents de manière aisée bien sûr, mais aussi pour limiter le risque d’isolement, perçu comme l’inconvénient majeur du télétravail (65% des salariés français1). Applications de chat, solution de vidéo conférence ou encore réseaux sociaux d’entreprise doivent désormais intégrer le quotidien des salariés. Lorsque l’on se préoccupe des attentes des employés, il convient aussi de ne pas négliger le choix des terminaux qui leur sont alloués. L’usage et l’image deviennent des critères essentiels, au même niveau, voire devant, le coût et les performances techniques des appareils. Un projet de déploiement de flotte mobile qui n’aurait pas pris en compte cet aspect risque fort de susciter le rejet des utilisateurs, réduisant ainsi considérablement le retour sur investissement escompté.

Voilà pour les principaux aspects matériels du digital workspace. Côté transformation culturelle, les managers doivent apprendre à faire confiance, et les collaborateurs doivent apprendre à gérer leur nouvelle liberté… un changement qui risque de prendre du temps !

1Selon la même étude de Malakoff Médéric